CASA PORT

UNE MEDINA VERTICALE
Projet de Construction d’un Immeuble Communautaire au Port de Casablanca

Un immeuble Casablancais. Casablanca est une ville qui a inventé dès les années 50 avec l’immeuble Liberté de Morandi une typologie d’immeubles de grande hauteur qui reste, même dans une expression de tours comme des Twins Towers de R.Boffil, des structures très murales, qui refusent d’être simplement habillées d’une façade rideau. C’est dans cette grande tradition que nous avons imaginé l’immeuble communautaire, une tectonique forte et casablancaise pour un nouveau repère urbain. La  volonté de s’inscrire dans une tradition casablancaise est cruciale pour positionner le projet dans son grand paysage. Casablanca qui a abandonné la verticalité depuis près de trente ans est en train de construire une nouvelle génération de tours. La tour c’est à la fois une projection de puissance et de développement économique, mais elle est aussi souvent très générique dans son identité. Casablanca est un des grands lieux de l’invention architecturale et urbaine et doit le rester. C’est dans c’est vision que s’inscrit le projet, à la fois novateur, radical mais profondément casablancais.

016-KILO-CASABLANCA-a 016-KILO-CASABLANCA-b 016-KILO-CASABLANCA-d

Un immeuble comme un tissu urbain. Le site choisi pour le projet est structurant pour la ville. L’entrée du port est l’articulation entre la ville traditionnelle (l’ancienne médina), la grande composition d’Henri Prost de la ville coloniale qui démarre ici et le Casablanca contemporain qui se réapproprie son front de mer (Mosquée Hassan II, Marina de Casablanca…). Nous avons imaginé ce projet comme une synthèse, une articulation, qui permettrait de créer une nouvelle relation à l’ancienne médina, pour y retrouver les racines d’une nouvelle modernité. Face à la casbah, l’immeuble communautaire se développe comme une métaphore de ce tissu urbain. Un ensemble d’éléments de tailles et d’envergures variables mais modulaires s’agrègent verticalement. Ce projet nait de l’équilibre entre un ensemble unique et composé et des parties qui redonnent des échelles architecturales fines et complexes.  L’invention de la modernité casablancaise s’est toujours faite par une relecture des formes vernaculaires.

Un cœur unique. L’ensemble des volumes qui constituent le bâtiment sont articulés autour d’un patio unique qui, sur toute la hauteur du bâtiment permet un lien renforcé entre tous les départements de l’immeuble communautaire. L’ensemble des circulations verticales (noyaux) et horizontales (couloirs et coursives) sont organisées autour de cet atrium. Ce dispositif renforce l’efficacité et la compacité du projet. Encore une fois il s’agissait de de trouver un équilibre entre une lecture agrégée de plusieurs administrations différentes  et la lecture d’un seul repère urbain. Lumineux, ouvert et aéré, ce grand volume libre permet de fédérer l’ensemble des fonctions de l’immeuble. Un soin particulier sera apporté au traitement acoustique de cet espace.

Un immeuble flexible et appropriable. A cette forme architecturale très forte et déterminée, s’oppose une très grande flexibilité d’usage et une capacité du bâtiment à s’adapter aux modifications du programme mais aussi aux nécessaires transformations dans le temps qu’un ouvrage de cette nature va nécessiter.

 

MATERIALITE, CONSTRUCTION ET DEVELOPEMENT DURABLE

 

Un immeuble simple constructivement. L’enveloppe financière de l’opération donne des ratios de couts de construction conservateurs pour un IGH de cette nature. Nous avons donc privilégié des solutions techniques d’une grande simplicité pour la construction de l’immeuble. « L’empilement » des volumes se fait dans une trame très rigoureuse (la même en plan et en coupe) qui permet une descente de charges simple et réduit les portes à faux à des éléments acceptables, qui pourront être réalisés sans grande sophistication technique tout en respectant la réglementation en vigueur, notamment le RPS (règlement para sismique). Du point de vue de la logique constructive le patio central divise le bâtiment en deux corps distincts ce qui permettra un grande facilité de mise en œuvre.

Une matérialité Casablancaise. L’immeuble bien que marqué par des volumes très articulés s’inscrit dans le paysage urbain casablancais par l’utilisation du blanc et de la muralité. Ici les volumes sont construits en plaques de béton blanc teintées dans la masse avec une lazure de protection pour permettre une meilleure durabilité dans le temps. La limite thermique réalisée en façade vitrée est systématiquement en retrait par rapport aux façades et « derrière » le brise-soleil. Ceci engendre une meilleure protection et performance thermique mais aussi cela nous permettra de proposer des produits verriers de façade bon marché pour respecter le budget. Les brise-soleils sont également en béton et sont réalisés avec la même matérialité que le reste des volumes.

Un immeuble sur l’espace public. Le site stratégique du projet, appelle un soin tout particulier aux abords du projet. Une grande esplanade plantée le long de l’avenue et face à la nouvelle gare de Casa Port va permettre d’inscrire le projet dans la continuité des espaces publics tout en permettant une gestion rigoureuse des accès et des contrôles au bâtiment.  La surface développée sur une parcelle relativement compacte nous oblige à être extrêmement efficace dans la gestion des flux tout en donnant une présence urbaine forte à ce projet.

Des dispositifs essentiellement passifs. Nous avons imaginé une réponse sur le développement durable qui soit en adéquation avec le programme et le budget de l’opération en intégrant dès l’origine de la conception les conditions physiques et climatiques du site. Ainsi nous avons proposé un dispositif de double peau en brise-soleils qui permettra de réduire l’impact de l’ensoleillement et d’apporter un meilleur confort thermique. Ce dispositif se décline suivant les orientations des quatre façades du projet, au nord et à l’est plus poreux et plus fermé à l’ouest et au sud. Par ailleurs nous avons privilégié la possibilité d’une ventilation naturelle dans la double peau pour permettre à la fois un meilleur confort mais aussi de réduire les besoins en énergie du projet. De la même manière nous avons tenu compte des vents dominants dans la conception pour renforcer la protection des façades.

 

  • État: Concours
  • Année: 2015
  • Ville: CASABLANCA
  • Client: Agence Nationale des Ports
  • Superficie: 25 000m2 Shon
  • Budget: 14,8 M€
  • Équipe: Malka Architecture et Kilo Architectes Associés, Jonathan Ramelli