HENNESSY

Chronologie territoriale

Dans la culture hip-hop, les dénominatifs territoriaux ne manquent pas dans le vocabulaire musical : hood, streets, area,  block, slums, camp, basement, sewer, projects, zone, ghetto, zoo, jungle…

Le rapport d’un MC au territoire est comme celui d’un cultivateur à son vignoble, street credibility en guise d’appellation contrôlée.

Afin de situer le travail d’un photographe au sein d’un univers plus grand, il nous semble intéressant de l’inscrire dans l’histoire de cette même musique qu’il photographie, et de créer de facto une mise en perspective de la planète hip hop.

Afin de dessiner la carte de ce nouveau monde, il convient d’utiliser une ligne pour en tisser le fil. Ce fil qui se doit d’être un vecteur identitaire, fédérateur et néanmoins spécifique dans son urbanité.

Quoi de plus urbain que la mythique signalétique du métro New-Yorkais ?

New York est une évidence pour le rap. C’est  son lieu de naissance, donc lieu mythique,  la référence la plus revendiquée à travers le monde.

C’est un poids légitime de la première heure dans la conscience collective du hip hop.

Ainsi notre proposition scénographique s’articule sur ce fil, ces méridiennes qui traversent les générations d’artistes hip-hop, créant une équation spatio-temporelle matérialisée par un réseau de simples lignes.

La scénographie invitera les visiteurs à voyager à travers les quartiers, villes, états, pays et les multiples territorialités que les artistes représentent, de Harlem jusqu’à Marseille, de Compton à la Seine Saint-Denis.

Les photographies jouent avec l’espace de la salle d’exposition ; grâce a ce fines cimaises qui maintiennent les images, les tirages semblent flotter dans l’espace, ce qui crée une atmosphère onirique et surréaliste.

50 œuvres photographiques, 37 quartiers, 28 villes et 12 états

D’autre part, ces lignes permettent également de créer un cheminement fluide , avec autant de propositions de parcours que de lignes et d’intersections là ou les murs et cloisonnements divers ne feraient qu’imposer un chemin.

C’est un rendez vous dans l’espace et le temps en liaison directe avec le lieu d’appartenance des artistes. Ainsi se crée un une nouvelle topographie, un nouveau territoire, une révolution autour du globe cristallisé dans le temps, celui du hip-hop au travers du prisme Mannion.
Type: Concours
Architectes: Stephane Malka
État: Etude
Année: 2013
Ville: COGNAC
Client: HENNESSY
Superficie: 220m²
Équipe: Maria Martinez Ureta , Farah Ehsan